Projet d'accompagnement de l'enfant vers l'autonomie

L'équipe se préoccupe au quotidien et à long terme de l'épanouissement de chaque enfant au sein du groupe et en liaison constante avec la famille.

Notre première attention est portée sur l'établissement par l'enfant ou le nourrisson de repères socio-affectifs. Pour cela, dans un premier temps, les acteurs principaux de sa vie familiale sont reçus afin que les adultes et l'enfant créent des liens de confiance en toutes connaissances avec les membres de l'équipe.

Au commencement, seules une auxiliaire de puériculture et une aide-maternelle présentes sur les temps d'accueil de cet enfant agiront auprès de lui et de sa famille, accompagnées de l'éducatrice ou de l'infirmière. Ensuite, c'est l'enfant et sa famille qui choisiront naturellement les personnes de références. Nous avons ainsi constaté que l'enfant peut mettre en place un système de relations hiérarchisées avec différents membres de l'équipe, et substituer à la personne de référence première d'autres acteurs, suivant ses besoins et ses activités au cours des différents moments de la journée et de sa vie à la crèche.

Le respect du rythme quotidien de chacun

est un point sur lequel l'accent est mis particulièrement. La dimension du groupe et la disponibilité du personnel, ainsi que la conception des locaux nous permettent de nous adapter au rythme de chaque enfant à son arrivée : ses heures de repas, de repos et d'activité, ponctuées de câlins et de marques d'attention particulières vont être individuellement respectées. L'évolution biologique et psychologique de chacun au sein du groupe amènera progressivement l'enfant à s'adapter au rythme de vie de la communauté. Entre 12 mois et 2 ans, l'enfant trouve un intérêt indéniable à être éveillé lorsque les copains sont actifs, à prendre ses repas en commun, à partager les jeux et à profiter des espaces de repos en commun.

L'enfant devenu convivial va profiter de l'effet stimulant du groupe et, par imitation, développer ses capacités d'évolution, de progrès et d'imagination.

Lorsque l'enfant a fixé des points d'ancrage affectif, il peut s'ouvrir aux autres et aussi s'en détacher.

L'autonomie

Une grande importance est accordée à la liberté de mouvement du tout-petit afin de lui permettre de progresser naturellement vers l'autonomie du geste et du déplacement.

Naturellement, c'est à dire suivant son rythme personnel, en fonction des capacités de faire qu'il possède à ce moment. Cela demande à l'adulte d'observer afin d'accompagner et de soutenir l'enfant dans ses progrès et donc dans l'effort, quelques fois par le petit geste qui va permettre à l'enfant de développer tel ou tel mouvement vers lequel il tendait. L'enfant seul peut parvenir à une certaine autonomie mais le professionnel l'accompagne par son savoir-faire.

Les moyens mis à la disposition par l'aménagement adapté des lieux et des activités, par le support constant de l'adulte, par les limites données, permettent à l'enfant d'acquérir l'autonomie. Pour cela il doit s'installer dans un mouvement de va et vient entre l'adulte et lui-même, entre le groupe et lui-même :
- mouvement de progression-régression,
- mouvement de réassurance-action.

C'est cette autonomie physique par la liberté de se déplacer, psychologique et sociale par le détachement serein de l'adulte, parent ou professionnel, qui va contribuer à permettre à l'enfant de quitter la structure crèche vers une autre collectivité, l'école, le centre aéré ou tout autre lieu d'activité sociale, culturelle ou sportive.

Le premier relais vers l'école

que l'enfant vit tout au long de l'année, c'est le retour des grands à la crèche pendant les temps d'accueil périscolaire.

Ces grands sont "admirables" ; ils font une foule de choses seuls, ils ont des jeux d'un grand intérêt que l'on observe puis que l'on imite (les bêtises aussi d'ailleurs), et ils racontent leur vie à, l'extérieur et dans l'école. De temps en temps, à la surprise de leurs cadets, ils sont un peu "bébés", ils réclament un câlin, ils ont un chagrin, demandent à manger à la becquée à table, pleurent parce qu'ils se sont fait mal... On peut donc être grand et rester le tout petit de quelqu'un, c'est rassurant.

Le second relais

les grands vont accueillir avec leur institutrice les "petits" qui les remplaceront l'année suivante à l'école. C'est un membre de l'équipe qui accompagne de mai à juin les futurs écoliers vers la petite section d'école maternelle.

L'essai de proposer aux parents de participer à ces séances d'adaptation à été abandonné. C'était l'occasion d'un envahissement par le clan familial pour un seul enfant qui arrivait "à l'école des grands" en bébé avec sucette, doudou, pleurs et caprices.

Nous avons alors pensé que l'enfant ayant déjà assimilé l'absence de son parent à la crèche y avait des repères personnels, et que le relais entre la maison et l'école passant par la crèche pourrait se faire par le membre de l'équipe qui agit habituellement sur le temps d'activité des enfants de façon neutre. la crèche serait donc le média entre la famille et l'école. (La règle n'est cependant pas stricte, le cas par cas est pris en compte quand cela parait nécessaire).

Cette personne accompagne donc 4 à 6 enfants par séance et, progressivement, elle confie les "stagiaires" à l'équipe enseignante.

Pendant cette période, les parents qui le souhaitent peuvent entrer à l'école le samedi matin. L'arrivée chaque année de 12 à 15 Pitchounets suivant ce protocole participe à la sérénité de la rentrée scolaire, soutenant efficacement les autres enfants.

Autres actions menées en faveur
de l'ouverture vers l'extérieur

Le mercredi et le jeudi, les enfants ont la possibilité de partir vers le poney club avec une éducatrice de la crèche. Le jeudi, sont accompagnés au Baby Poney 2 enfants de 2 ans et demi encadrés par la monitrice du club et l'éducatrice qui mettent à leur disposition leurs compétences. Le mercredi matin, ce sont les enfants d'âge scolaire qui partent en promenade à poney ou bénéficient d'une reprise par groupe de 4 à 6.

Pendant les congés scolaires, deux membres de l'équipe organisent la promenade du jour en colline, en campagne ou dans le village. Ils vont saluer le cuisinier, s'installer à la bibliothèque, faire le marché, jouer au foot sur le terrain, discuter avec une grand-mère dans le village, acheter le pain pour visiter le four à bois, observer les vaches, les moutons... Cette sortie est importante ; elle insécurise parfois "est-ce qu'on va revenir ? est-ce qu'on sera rentré à temps pour papa ou maman ?" et bien sûr elle rassure parce qu'au retour l'équipe est là, le repas ou le goûter est prêt, les copains vous entourent et on n'a manqué personne. Elle est intéressante parce que c'est l'occasion de présenter sa maison et donc de leur donner une image de l'ailleurs que chacun vit à l'extérieur et de situer dans son environnement.

En semaine, les Pitchounets qui ne vont pas encore à l'école fréquentent assidûment la bibliothèque et se rendent à l'ancienne école maternelle qui les accueille pour toutes leurs activités de création.

Les relations avec le centre aéré
"Les Tout Chatou"

Les 5 - 12 ans présentent aux petits leurs spectacles, de temps en temps ils leur font la surprise d'envahir la crèche grimés et costumés.

C'est l'occasion d'embrasser le frère ou la soeur, de découvrir ce futur lieu de vie potentiel.

La maison Tartines et Câlins

est toujours ouverte aux Pitchounets qui, sortant de la crèche le soir, y retrouvent les aînés de la famille et viennent donner un dernier bisou aux taties qui passent là des petits aux grands.

Ce travail est possible grâce à une équipe dont les multiples compétences personnelles ont pu s'exprimer et s'offrir aux enfants. Cela permet aux passionnés dans un domaine ou un autre de partager, transmettre et donc d'enrichir d'expériences multiples cet instant de vie de l'enfant.

Les relations que nous entretenons avec les familles tiennent compte du vécu et des sentiments autour de leur enfant.