'est le 17 août 1554 que licence et permission sont données à Adam de Craponne, ingénieur du roi Henri II, de prendre de l'eau de la rivière de Durance au terroir de Janson.

'édification du canal fut une oeuvre d'initiative privée à laquelle participèrent toutes les classes de la communauté de Salon. Elle fut le résultat d'un effort collectif suscité et dirigé par Adam de Craponne. Ses amis de la noblesse salonaise et en particulier, Nostradamus, furent les grands bailleurs de fonds de l'entreprise. Ni le Roi ni la Province d'intervinrent pécuniairement.

e canal de Craponne était constitué par une branche maîtresse, dite tronc commun qui s'étendait sur 23,2 km de La Roque d'Anthéron à Lamanon. A Lamanon existait un bassin de partage où naissaient deux branches collatérales, la branche de Salon et la branche d'Arles. La branche de Salon, après 5,9 km se divise en deux :

  • une de 11,6 km qui, via Grans, se jette dans la Touloubre,
  • l'autre de 23,2 km, via Pelissanne, se jette aussi dans la Touloubre.

La branche d'Arles parcourt 46 km avant de se jeter dans le Rhône.

dam de Craponne avait promis aux habitants de leur conduire l'eau pour y faire des "moulins, abreuvoirs et bon arrosage". A Alleins, Salon, Lançon, Eyguières, Istres surgirent de nouveaux moulins, dont la farine assurait enfin l'existence de la population, ce qui était le but principal de l'oeuvre. les arrosages se développaient, la récolte des olives devenait une certitude et les prairies s'étendaient tout le long du canal.

dam de Craponne sacrifia malheureusement toutes ses ressources à l'achèvement de l'ouvrage. Il dût recourir à l'emprunt et consentir de nombreuses concessions anticipées, à bas prix ou gratuites, pour obtenir la cession des terrains nécessaires à l'achèvement du canal.

e pouvant fournir de l'eau à suffisance comme il s'y était engagé, il se résigna à abandonner son oeuvre aux principaux usagers, souvent ses créanciers qui avaient construits des engins et usines sur les divers points du canal et, plus rarement, établi des arrosages.

dam de Craponne, ruiné, dut redemander du service au roi et abandonner la Provence. Vers 1576, envoyé à nantes pour inspecter des travaux de fortifications, il constata de graves malfaçons dans les ouvrages. Les entrepreneurs n'ayant pu acheter son silence, l'empoisonnèrent.

 

Texte de Monsieur léon Preteroti