outes les sources s'accordent à penser que le "sport" de l'homme avec le taureau remonte en pays d'Arles aux romains. Mais, à l'époque, il s'agissait plutôt de courses de cirque telles que nous en avons vues dans les péplums du cinéma. La course camarguaise, ou course à la cocarde, s'est érigée en sport aux règles bien définies à partir de l'Empire entre 1800 et 1850. Elle est ainsi le plus ancien sport régional existant encore, antérieur au ballon rond, ovale ou au cyclisme, tous venus d'autres régions au début de notre siècle. Les anciens disent que la "passion taurine" dans le village remonte au siècle dernier. Il y aurait eu des courses (corridas dont certaines avec mise à mort) dans deux ou trois endroits privés.

'Abrivado (mot provençal qu'il faut prononcer abrivad') existait déjà à la fin du siècle dernier. Il s'agissait de l'arrivée sur pattes des taureaux par le chemin empierré de Lamanon, le samedi soir. Tous les enfants du village s'y pressaient car les bêtes restaient trois jours, en liberté, à l'occasion de la fête de la Saint-Pierre.

 

es premières retraites aux flambeaux ont lieu à partir de 1920 - 1930. On s'essaye à ses risques et périls à quelques passes de capes et l'on se fait "barrouler" (du provençal brasser, remuer). Il n'y a pas de gradins mais tout le monde est installé sur des charrettes que l'on a amené pour l'occasion, pour servir d'estrade et de refuge. Comment mieux décrire la passion des anciens si l'on imagine qu'en ce temps, posséder une charrette revenait à avoir une voiture de nos jours.

la fin de la dernière guerre, une quinzaine de couguéu (appellation ancestrale des Allénois ou Alleinsois) fondent le premier club taurin.

a première abrivado officielle dans les rues du village, le dimanche matin de la Saint Pierre, s'est déroulée en 1983. En 1984, viennent dans nos arènes les premiers razeteurs professionnels. En 1993,le club adhère à l'Union des Clubs Taurins Paul Ricard afin de pouvoir organiser des courses "cornes nues" dotées de trophées. Ces courses opposent les taureaux à de jeunes gens (razeteurs) chargés de leur enlever les attributs placés sur et entre les cornes.

e club organise en mai sa ferrade, sortie printanière dans une manade du pays d'Arles pour assister au marquage des jeunes veaux et, début juin, la fête du club taurin avec dégustation d'un taureau à la broche.